TIM EITEL

Né en 1971 à Leonberg, Allemagne
Vit et travaille entre Berlin et Paris

 

Le travail de Tim Eitel combine peinture figurative, approche conceptuelle d’enregistrements discrets d’actes, de situations ou d’objets de la vie quotidienne inspirées par ses observations de la vie contemporaine et de l’histoire de l’art.

Il a étudié à la Hochschule für Grafik und Buchkunst de Leipzig de 1997 à 2001 et a été un Meisterschüler (étudiant en maîtrise) du professeur Arno Rink de 2001 à 2003. Il a reçu plusieurs prix prestigieux tout au long de sa carrière, y compris le Landesgraduiertenstipendium, Saxonia, Allemagne (2002) et le Marion Ermer Preis (2003). Cofondateur du collectif Galerie LIGA à Berlin, il a été l’un des principaux protagonistes de la nouvelle école de Leipzig avant de se faire connaître comme l’un des peintres les plus importants de sa génération.

Il a participé à plus de cinquante expositions de groupe et une trentaine d’expositions monographiques dans le monde entier depuis 2000, notamment au Museum zu Allerheiligen, Schaffhausen, Suisse (2004); Saint Louis Art Museum, Missouri (2005); Kunsthalle Tübingen (2008); Rochester Art Center, Minnesota (2013); Musée Essl, Klosterneuburg, Autriche (2013); et Kasteel Wijlre, Pays-Bas (2018); Museum der bildenden Künste Leipzig, Germany (2019). Les travaux d’Eitel sont conservés dans de nombreuses collections importantes, notamment l’Albertina de Vienne; Musée d’art moderne ARKEN, Ishøj, Danemark; Deutsche Bank Collection, Allemagne; Hamburger Bahnhof, musée für Gegenwart, Berlin; Musée Frieder Burda, Baden-Baden; et la collection de la famille Rubell, Miami. Depuis quatre ans, il dirige un atelier aux Beaux-Arts de Paris.

Son travail est aussi représenté par Eigen+Art ( Berlin/Leipzig) et Pace Gallery.

 

 

Depuis près de vingt ans, Tim Eitel emploie la peinture pour créer des analogies avec la réalité, en construisant des mondes parallèles fictifs à partir de situations qui ont été vues et vécues. Ses peintures sont basées sur des rencontres, des objets photographiés ou des espaces qui existent réellement. Les protagonistes rencontrés sont aussi souvent des connaissances ou des proches de l’artiste. Les expériences ainsi produites sont ensuite réduites à une essence significative. Dès ses premières oeuvres, son travail est imprégné d’une ambivalence de la couleur pure comme forme abstraite de grande surface – de la même manière qu’un mur noir délimite les contours d’une image – et de la couleur comme motif, atmosphère et sentiment. Les peintures d’Eitel ne racontent pas d’histoires, mais présentent un moment sans début ni fin, défini à la fois par une constellation de figures dans l’espace, le déclin de la lumière sur les architectures et les relations des couleurs entre elles.

Les oeuvres de Tim Eitel sont une recherche profonde de la perception de l’espace, de la lumière et de la temporalité, testant les possibilités de la peinture pour représenter ces éléments. L’artiste emploie volontairement des reflets sur le sol ou des ombres pour révéler un paysage comme une image dans une image. Il apparaît une incertitude lorsqu’une figure reproduite selon son ombre projetée commence à se transcender, qu’une fenêtre se révèle être une simple combinaison de lignes et de rectangles ou que les figures se dissolvent presque totalement dans l’obscurité des espaces presque entièrement noirs.

Ces dernières années, Tim Eitel s’est concentré de plus en plus sur le caractère neurologique de la vision, ces réflexions influençant ses dernières oeuvres. Que voit-on vraiment et que construit le cerveau, et la mémoire des images inconsciemment ?

 

Biographie (PDF) Oeuvres Expositions Actualités

Oeuvres

Expositions

Actualités