LOUIDGI BELTRAME | Cómo te cura, cómo levanta, cómo florece

Hors les murs 30 septembre 2021 - 27 février 2022

Adresse : MAC Lima | Av. Grau 1511, Barranco, Lima 15063, Pérou

Cómo te cura, cómo levanta, cómo florece (2021) est une installation sonore de l’artiste Louidgi Beltrame qui enregistre les événements audibles qui se produisent lors de cérémonies de guérison collectives – connues sous le nom de Mesas – dirigées par le maître guérisseur José Levis Picón . La pièce sonore – qui cherche à transposer l’espace et le temps du rituel à l’exposition – a été développée spécialement pour MAC Lima et est le fruit d’une étroite collaboration entre l’artiste et le guérisseur, qui travaillent ensemble depuis 2015.

Bien que les Tables ne soient qu’une des nombreuses manifestations de la médecine vernaculaire pratiquée dans le Pérou contemporain, elles sont aussi l’une des plus stigmatisées en raison de leur relation avec l’ingestion de psychédéliques et les états de conscience élargis. En effet, la cérémonie se déroule dans la clandestinité, toute la nuit et dans l’obscurité la plus totale, autour de la transe produite par l’ingestion de San Pedro, un cactus psychoactif dont l’utilisation rituelle la plus ancienne dans notre pays remonte à trois mille ans. Le guérisseur navigue dans cette transe, avec ses patients, avec l’aide d’un groupe d’assistants et d’un autel syncrétique qui rassemble des objets de l’imagerie chrétienne et indigène. La Table culmine à l’aube, après que chaque patient a eu un moment seul pour discuter avec le guérisseur de l’inconfort qui l’afflige et recevoir ensuite un dernier bain fleuri qui renforce sa guérison.

Le dualisme qui traverse les Tables a souvent été lu comme l’affrontement entre le chrétien et le païen. Une telle interprétation n’est pas étrange dans un pays à prédominance catholique avec une histoire coloniale qui a inclus une conversion violente au christianisme de la population indigène et a établi une équivalence entre l’idolâtrie et l’indigène. Cependant, la réalité est que – à ce jour – les Tables sont un cas paradigmatique de syncrétisme et intègrent une série hétérogène de traditions qui, néanmoins, donnent une centralité à la dimension spirituelle de l’existence humaine : catholicisme, foi dans les huacas et autres divinités indigènes, herboristerie, spiritisme et même le nouvel âge.

Cómo te cura, cómo levanta, cómo florece tire son titre d’une des phrases chantées par Picón pendant le rituel. La pièce sonore est composée de douze Tables compressées en près de trois heures qui reproduisent l’ordre régulier de la cérémonie. L’espace d’exposition, quant à lui, a été conçu pour évoquer la salle d’apparat de Picón et générer les conditions nécessaires à une écoute profonde avec le minimum de ressources possibles : un rideau de nattes, des chaises en plastique disposées en cercle et la vue vers le jardin extérieur du musée obscurci par un filtre UV faisant allusion à la situation crépusculaire dans laquelle se déroule habituellement le rituel.

Tout au long de Cómo te cura, cómo levanta, cómo florece, les auditeurs reconnaîtront la voix de Picón dans de multiples registres : chants, sons gutturaux, sifflements et invocations qui sont parfois prononcés à haute voix et parfois sous forme de murmures. Cependant, ils identifieront également les sons produits par le corps des patients, les assistants du curandero et les objets qui font partie de l’autel dans leur interaction pendant la danse, le nettoyage et la floraison. C’est-à-dire un large éventail de corps et de présences matérielles convertis en forces énergétiques qui parviennent ensemble à transposer l’expérience extatique et synesthésique provoquée par le rituel.

Les Tables poursuivent la réintégration du patient vers une réalité dans laquelle les dimensions physique, mentale, sociale et spirituelle sont pleinement reconnues et honorées comme faisant partie d’un tout dynamique et indivisible. Dans ce système de pensée, le son fonctionne non seulement comme moyen de communication et de connaissance, mais aussi comme moyen de diagnostic et de guérison. Alors, écouter Cómo te cura, cómo levanta, cómo florece nous fait participer à une expérience de guérison enregistrée par Beltrame dans son désir de documenter une forme de production culturelle qui se passe clandestinement, de l’introduire dans l’espace et le temps « publics ». .de l’art, mais en préservant son opacité.

Florence Portocarrero

commissaire : Florencia Portocarrero

Artistes de l'exposition > Oeuvres de l'exposition >

Artistes

Oeuvres