André Borderie

1923-1998

En 1942, André Borderie entame une carrière de fonctionnaire comme inspecteur adjoint aux télécommunications. En 1945, il est orienté vers la peinture par l’affichiste Paul Colin. En 1946, il rencontre Pïerre et Véra Szekely avec qui il s’intalle en 1948. En 1955, André Borderie adhère au groupe espace qui réunit des architectes et des artistes afin de promouvoir l’art en milieu urbain. En collaboration avec Maurice Prévert, Yves Roa, Gilles Thin ou Pierre Vigneron, il crée plusieurs sculptures monumentales. Il utilise le béton, l’acier, l’inox, la céramique, la mosaïque et la peinture. Il s’oriente vers la tapisserie à la fin des années 50 encouragé par Denise Majorel et Michel Tourlière. En 1962, il reçoit le Grand Prix de la tapisserie.

Dès le début de sa collaboration avec les Szekely, André Borderie s’intéresse à la céramique. La plupart de ses pièces sont réalisées à Senlis et cuites au four. Son intérêt pour la céramique durera jusqu’à la fin des années 70. Son travail devient au fil du temps de plus en plus dépouillé et ne conserve que les décentrements et les décors gravés en engobe.

A la fin des années 50, André Borderie fixe sa palette d’émaux : bleus, rouges et oranges puis beiges et noirs. Il utilise une terre chamottée qu’il recouvre d’un engobe épais donnant un aspect granuleux ou craquelé à la cuisson. Toutes ses pièces jusqu’en 1958 sont signées du monogramme de Borderie et Szekely : une croix dont le pied se retourne en B sur la droite encadré des lettres S et Z. A partir de 55, les pièces sont signées individuellement.

Oeuvres de l'artiste

Expositions de l'artiste

Publications de de l'artiste

Presse